Jeux de truite

Marcel Lapourré.

Juin 1949.

Lorsque, il y a quelques lustres, j’étais un jeune débutant dans la pêche à la mouche, des confrères chevronnés m’avaient affirmé que je ne reviendrais jamais bredouille, quand les truites moucheronnaient, quelle que soit l’artificielle utilisée.

Et, ma foi, c’était exact, bien qu’à cette époque mes talents halieutiques fussent réduits à des velléités de bien faire. Il est vrai que la rivière était vive en truites et en tous poissons entomophages.

Sélection_009

Cependant, un certain jour, alors que les éphémères, gracieux voiliers en miniature, descendaient en grand nombre au fil de l’eau, je ne pris aucun poisson, bien que, de tous côtés, les truites fissent des « ronds ». Je les voyais monter franchement sur ma mouche, mais jamais ma riposte n’arrivait à temps, je ferrais dans le vide.

J’étais absolument découragé et, tout en pestant contre ma maladresse, je n’en considérais pas moins que cette aventure devait cacher quelque mystère qui m’était inconnu.

L’ichtyologie est, en effet, une science bien complexe, réduite, en bien des cas, à des hypothèses formulées d’après nos conceptions humaines, mais n’ayant souvent avec la vérité que la valeur d’un jugement incontrôlable.

Et je me disais : « Ordinairement, quand une truite attaque ma mouche et que je la vois, je la prends et, aujourd’hui, rien. »

Je fis part de ma déception à un vieux riverain, bon pêcheur le jour, et non moins bon braconnier la nuit ; il se mit à rire et me dit :

— Mon petit, elles tapaient à noyer. Et le voilà m’expliquant, en son français pittoresque et imagé, qu’à certain moment de la journée les truites s’amusaient à frapper de la queue les mouches en surface pour le seul plaisir de les noyer. « Du casse-pipe », dirions-nous.

Et c’était bien ainsi que les choses se passaient ! Combien de fois, depuis, n’ai-je pas constaté cette bizarre manie qui pousse nos belles mouchetées à frapper ces gracieux éphémères pour le seul plaisir de les détruire : un gros remous et l’insecte reparaît, hors du tourbillon, couché sur le côté, les ailes brisées.

J’ai assisté de tout près au jeu d’une grosse truite, de plus d’une livre ; couché à plat ventre, près du bord, je l’ai vue, à 2 mètres, se livrer à ses cruelles fantaisies : elle montait sur la mouche, la suivait parfois, puis, se retournant brusquement, lui appliquait un violent coup de queue ; elle redescendait ensuite à son poste, attendant le passage d’une autre victime.

Comment expliquer ce fait autrement que par le jeu ? Ce n’est pas une seule truite qui opère isolément : toutes celles de la rivière, en chasse au même moment, agissent ainsi.

Mais nous savons que la gent aquatique obéit à des lois communes, immuables et tyranniques, que nous ne connaissons pas (sur lesquelles nous établissons des hypothèses, ainsi que je l’écrivais tout à l’heure) et qui commandent les repas, les jeux, les migrations. C’est l’instinct, me direz-vous ; mais un instinct dirigé et ordonné, puisqu’il déclenche des réflexes collectifs et simultanés.

Ne cherchons pas à comprendre : enregistrons les faits et essayons d’en profiter.

Lors de ces séances de massacre d’insectes, il arrive cependant qu’on accroche une truite, jamais par la bouche, mais par la queue ou par le ventre.

Cela vous fait sourire, n’est-ce pas ? Mais demandez l’avis des vrais pêcheurs à la mouche sèche, en attendant d’avoir pu, par l’expérience, vous faire une idée bien personnelle, laquelle sera, j’en suis certain, en parfaite concordance avec la nôtre.

Lors du coup assené par la truite sur la mouche ou près d’elle, un bouillonnement se produit à la surface de l’eau et vivement le pêcheur a ferré. Si le choc a lieu non sur la mouche, mais sur le bas de ligne, celui-ci s’incurve et la mouche, obligatoirement, racle la truite, grâce au rapide ferrage.

Il y a de grandes chances pour que l’ardillon se fixe dans les téguments solides de la région caudale.

Parfois même, la secousse a été assez forte pour que le bas de ligne fasse presque le tour complet autour de la queue ou de la partie inférieure du corps.

Dans ce cas, les chances d’accrochage sont encore accrues et la capture plus certaine.

Alors, à en juger par le démarrage brutal et puissant du poisson piqué, la réflexion est toujours la suivante : « Quel morceau ! ! ! »

En effet, la truite fonce à toutes nageoires, avec toute sa force, et une truitelle de 100 grammes vous donne l’impression d’une grosse pièce. Elle n’est pas gênée par l’asphyxie, comme lorsqu’elle est accrochée par la bouche, que la traction du bas de ligne maintient ouverte ; elle cherche le fond, la pierre, la souche où se trouve son repaire et, bien souvent, si le pêcheur est un novice, c’est la casse … et ses funestes conséquences.

La canne verticale, quelques centimètres de fil cédés si la traction est vraiment excessive, du calme, surtout, sont à peu près les seuls palliatifs qui pourront contrecarrer les efforts du poisson.

Je vais vous indiquer un moyen d’essayer de prendre une truite qui « tape à noyer » ; je dis bien : d’essayer, car le hasard joue ici un rôle primordial. C’est ainsi que j’opère, mais vous pouvez être d’un avis différent.

Au lieu de laisser le bas de ligne bien tendu, comme il se doit ordinairement, donnez du mou à la ligne, en baissant la main.

Le coup de la truite n’aura aucune peine à l’incurver, ce qui ramènera la mouche au-dessus d’elle, en refermant l’angle d’autant plus que le choc sera plus violent.

La partie du corps raclée par la mouche sera plus étendue et aura plus de chances d’être accrochée.

Vous pourrez également pêcher avec deux ou trois mouches sèches assez rapprochées sur le bas de ligne ; au cas où la truite attaquerait la première mouche, les deux autres auraient plus de possibilités de s’implanter au bon endroit.

J’ajoute que les mouches n’auront pas besoin d’être semblables à la mouche d’éclosion, puisqu’elles ne s’adressent pas à une truite qui chasse pour manger, mais à une bête qui tue par plaisir et sans discernement. De grosses mouches sont à recommander, je veux dire montées sur de gros hameçons, relativement.

N’allez pas en conclure que mon procédé est infaillible ; tant s’en faut, mais, dans ce cas décevant, il est à peu près le seul à sauver de la noire bredouille.

Il n’est rien de plus désagréable que de tomber sur une journée de ce genre, lorsqu’on a effectué un long trajet, lequel de nos jours se solde par de jolis billets bleus, pour venir prospecter une rivière à truites.

Plutôt que d’abandonner la partie, il n’en coûte rien d’essayer de tromper quand même nos adversaires et d’en amener quelques spécimens au panier. Vous n’avez qu’à changer vos petits duns ou spinners et les remplacer par de gros sedges, pour employer les termes anglais en usage dans le vocabulaire des pêcheurs à la mouche.

Et si, tout de même, vous ne prenez rien, asseyez-vous et fumez une bonne pipe en regardant travailler les truites.

Vous verrez soudain que le spectacle a changé, que, maintenant, elles mangent, car rappelez-vous bien ceci : il y a toujours un moment de la journée où la truite mord. « C’est la sortie », disent les vieux coureurs de rivières. Expression simpliste, mais reflétant bien la pensée du pêcheur.

À vous de profiter, alors, de ce moment qui va durer dix minutes, ou une heure, mais vous procurera un réel plaisir et, ce qui ne gâte rien, de belles truites qui paraissaient imprenables il y a quelques instants.

C’est surtout le soir, vers le crépuscule, que vous pourrez observer cet incompréhensible phénomène. Ne vous pressez pas, agissez sans hâte, soyez précis et, à chaque lancer, vous aurez une belle touche et, si vous êtes un bon pêcheur, une jolie pièce à cueillir à l’épuisette.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.