Capacité biogénique des eaux

Delaprade

Juin 1949

Le professeur Leger, de la Faculté des Sciences de Grenoble, est mort le 7 juillet 1948. C’est une très grande perte pour la pisciculture française, à laquelle il a fait faire tant de progrès. Je rappellerai simplement ses livres sur la faune des cours d’eau à truites, sur les algues, sur la pisciculture fermière.

selection_037

La partie la moins originale de son œuvre n’est point celle dans laquelle il a tenté — et réussi — d’estimer la richesse en poissons de nos eaux si diverses, c’est-à-dire la capacité biogénique de ces eaux.

La capacité biogénique d’une eau est l’ensemble des facteurs (et notamment du facteur nourriture naturelle) susceptible de produire et de conserver la vie des poissons dans cette eau.

Il est évident qu’un poisson mis dans une eau stérilisée ne trouve rien à manger et ne peut que dépérir, de même qu’un herbivore dans un désert de sable. En d’autres termes, la formule eau = poisson est fausse ; seule est exacte la formule eau + nourriture = poisson.

Cela semble une vérité de La Palice, et pourtant combien de pêcheurs, combien de sociétés de pêche déversent dans leur lot de pêche des alevins sans s’inquiéter de ce qu’ils trouvent à manger ? La nourriture des poissons provient de la flore aquatique, de la petite faune aquatique et des rives.

Les rives fournissent à la rivière la nourriture dite « exogène », c’est-à-dire extérieure : ce sont les insectes terrestres (sauterelles, doryphores) et leurs larves qui tombent à l’eau, les vers entraînés lors des pluies.

La flore aquatique est nourriture directe pour les poissons brouteurs tels que la tanche, le gardon, et nourriture indirecte le plus souvent, car elle abrite et sustente une foule d’organismes (mollusques, larves d’insectes, etc.), qui servent de nourriture au poisson.

Enfin la faune aquatique est le principal aliment du poisson. Cette faune se compose surtout de larves d’insectes (éphémères, phryganes, diptères, etc.), de mollusques (limnée, bithynie, ancycle), de crustacés (gammarus), etc. …

Il est facile, pour des spécialistes, en examinant le fond d’une rivière et en faisant l’inventaire de la faune et de la flore piscicoles, en estimant sa densité, en examinant le fond, les rives, l’allure du courant, de voir si cette rivière, au point considéré, renferme peu ou beaucoup de nourriture pour les poissons et, par conséquent — si des facteurs extérieurs tels qu’excès de braconnage ou pollutions ne jouent pas — si cette rivière est riche en poissons ou non.

C’est le professeur Leger qui, le premier, a établi des règles simples basées sur l’inventaire de la petite faune et de la flore aquatiques permettant de classer une rivière dans une des dix catégories de richesse biogénique, d’après l’ensemble des facteurs de nourriture qu’elle présente.

De 1 à 3 sont cotées les eaux pauvres ; de 4 à 6, les eaux moyennes ; de 7 à 9, les eaux riches, les eaux très riches obtenant la cote 10 quand tout concourt à donner à la faune et à la flore leur expression maximum.

Avec un peu d’habitude, un pêcheur un peu versé dans les sciences naturelles arrive assez vite à donner à un tronçon de rivière une cote de capacité biogénique B comprise entre 1 et 10.

Si L est la largeur de la rivière et B la capacité biogénique, le rendement en kilogrammes de poissons, c’est-à-dire la quantité de poissons produite chaque année et qu’on peut chaque année enlever sans diminuer le cheptel et le rendement des années ultérieures, est, par kilomètre de rivière, donné par la formule :

K = B L pour les rivières à salmonidés, K = 2 B L pour les rivières à cyprinidés dont la productivité est plus forte.

C’est ainsi qu’une rivière à truites de Normandie de 10 mètres de large, du type dit « Chalkstream » à belle végétation herbeuse et copieuse petite faune d’éphémères, de trichoptères, de gammares et de mollusques, de capacité biogénique B égale à 10, pourra produire normalement chaque année, par longueur de 1 kilomètre, 100 kilogrammes de truites.

En revanche, un torrent des Alpes ou des Pyrénées de même largeur, coulant sur fond caillouteux, pauvre, sans végétation, n’ayant dans sa petite faune que quelques planaires, quelques phryganes à fourreau de pierre, quelques ecdyures et épéores, de capacité biogénique égale à 3, ne pourra donner aux pêcheurs que 30 kilogrammes de truites par kilomètre de cours.

Une belle rivière à cyprins (gardons, brèmes, carpes, tanches et brochets) de 10 mètres de large sera susceptible d’avoir un rendement maximum de 200 kilogrammes de poisson par kilomètre de rivière.

D’autre part, le professeur Leger a donné une formule de repeuplement rationnel des cours d’eau à truites, adaptant à la capacité biogénique le nombre d’alevins à déverser par kilomètre de rivière.

Cette formule est la suivante : N = 20 B L, où :

      N représente le nombre d’alevins de truite de 5 à 6 mois ;

 

      B, la capacité biogénique ;

 

    L, la largeur.

De cette formule on peut déduire qu’une rivière à truite de 10 mètres de large, de capacité biogénique moyenne égale à 6, ne doit pas recevoir chaque année plus de 600 alevins de truite de six mois au kilomètre, car elle ne sera pas capable d’en nourrir plus.

L’on voit de suite l’intérêt des formules de Leger, tant pour le pisciculteur qui veut repeupler une rivière que pour le président de société de pêche qui veut éviter les pêches abusives de son lot, et pour l’expert chargé par le tribunal d’estimer les dégâts causés dans une rivière par un industriel pollueur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.