L’ouverture de Serge Bonnefois

J’ai demandé à Serge:

Et si tu nous parlais de tes attentes pour cette ouverture …ser3

Voici son récit:

Autrefois le sommeil délaissait mes nuits, il était remplacé par des visions de rivières, de poissons et pas mal d’interrogations.

Aujourd’hui sans doute avec l’âge, la sagesse a pris le dessus sur la folie, même si la passion reste intact je sais très bien où je mettrais les pieds le jour de mon ouverture. Les plans d’ouverture sont remis aux oubliettes, je connais les moindres recoins du chemin qui me portera sur mes lieux de pêche, je connais le moindre recoin de ce petit cour d’eau.

De sa couleur, à la beauté de ces truites, je sais aussi que bien des fois je pourrais y rencontrer la neige, l’eau froide et translucide.

J’aime entendre en ces jours d’ouverture la grandeur harmonieuse et mélodieuse de cet endroit.

ser2

Que j’aime traverser ces ponts de pierre et y découvrir en m’y penchant l’âme de celui qui va m’accueillir, à ce moment-là, on est souvent comme un enfant qui découvre son cadeau de Noël.

Cet endroit est le mien, il coule dans mes veines, comme dans le sang des truites indigènes.

On oublie là d’où l’on vient et qui l’on est, on oublie aussi le côté «  bling, bling » de la pêche.

Les truites de ces lieux n’ont que faire des cannes et des moulinets à des prix de folies. La pêche revient à sa simple expression, comme elle était il y a sans doute des siècles, une simple ligne, une simple canne, un simple moulinet et ces truites issu de la nuit des temps qui surgissent de nulle part pour prendre cette nourriture qui est encrée dans leur gêne.

Je vous laisse à vos dérives parfaite, vos plombées au gramme prêt, vos grandes rivières et vos gros poissons, je vous laisse votre pêche à la mouche, qui vous met au-dessus des autres pêcheurs.

Je suis et je resterais un pêcheur rustique, un pêcheur au toc de ruisseau, amoureux de la nature et parfois aussi de la valeur gustative d’une truite des eaux froides.

ser1

L’argent fait le bonheur du pêcheur, les articles de pêche contribuent à son bien être, mais point sans faut si je devais ne garder qu’une seule canne je pense que ce serait un modèle télérégable avec le moulinet que tout pêcheur au toc possède un ritma 72 .

Une canne, un moulinet, une pêche en direct comme par le passé et me voilà dérivant sur les cours d’eau du plus petit au plus grand durant toute la saison.

Oui mais voilà on en veut toujours un peu plus, on veut toujours « le parfait », sans doute pour son confort, peut être pour se faire «  voir «  un peu plus au prêt des copains.

Mais est ce bien nécessaire, est-ce que de vous à moi, nous avons besoin de cet étale de « fric » pour le jour J se retrouver seul face à nous -même, devant cette nature qui nous a vu naître et qui nous verra mourir.

En ce petit matin de mars , je serais sous le pont de pierre , je déplierais  alors ma canne téléregable, je tirerais un peu de ce fil de mon moulinet, je prendrais alors de ma main droite, de mes doigts gelées le plus beau de mes ver et tant bien que mal je le glisserais sur cet hameçon fin de fer. Je jetterais cette ligne plombée dans l’écume du courant  et j’attendrais fébrilement que la première truite de l’année se décide  à se piquer au jeu de l’artiste. L’artiste vous tire sa révérence et d’une arabesque vous souhaites d’écrire une canne à la main les plus belles pages de cette saison 2017 .

Serge est administrateur du Blog:

Truite Passion

Halieutiquement

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.