La pêche et la sécurité.

Partir à la pêche est avant tout un plaisir mais il serait dommage que ce plaisir devienne une catastrophe en oubliant de prendre quelques précautions d’usage ou sans connaître quelques astuces pour vous sortir d’un mauvais pas ou tout du moins d’en limiter les effets.

Soyons clair cet article ne fera pas de vous un toubib ni un dieu de la survie, mais comme disait mon Grand-Père: « ce n’est pas après avoir chié dans tes brailles qu’il fallait s’apercevoir que tu n’avais pas baissé le pantalon. »

En plus simple il vaut mieux prévenir que guérir.

Par conséquent je ne peux que vous encourager à suivre une formation aux gestes de premiers secours. Cela sera bénéfique pour tout le monde, votre famille, vos collègues de travail, vos collègues de pêche, vous même mais aussi l’inconnu dans la rue. Cela vous permettra aussi de contrecarrer des légendes urbaines, comme faire boire du lait suite à un empoisonnement à l’eau de javel ou le garrot autour du cou de votre belle-mère si elle saigne du nez … Si si cela existe.

Outre le renseignement météo avant de partir, une session de pêche demande quelques précautions.

Personnellement mon épouse connaît toujours le secteur sur lequel je suis et si je dois en changer pour des raisons halieutiques je lui envoie toujours un petit SMS.

Il va sans dire que cela n’est possible qu’à la seule condition de partir avec un portable chargé convenablement.

Tout le monde connaît les numéros d’urgence … enfin j’espère: Le 15, le 17, le 18 et le 112.

Mais qui connaît le 114. Ce service joignable par SMS, permets d’appeler les secours si vous êtes dans l’impossibilité de parler. Comme tous les appels d’urgence ce service est gratuit et fonctionne 7jour/7 et 24h/24.

Mon épouse connaît aussi approximativement mon horaire de retour. Si la session doit s’éterniser, un petit appel pour la rassurer.

Il n’empêche qu’il m’arrive de pêcher dans des gorges où le portable ne passe pas, mais je sais déjà qu’une personne sait où je suis et j’emporte toujours sur moi un sifflet. Ça ne prend pas de place et ça s’entend de loin en cas de soucis, au même titre qu’un briquet, des allumettes + grattoir enfermés dans un tube d’aspirine et un couteau dans la poche.

La phobie des serpents.

Dans un premier temps il faut reconnaître le mordeur pour l’identifier et ce n’est pas toujours simple car le « sale » reptile se carapate après le forfait.

Je vous laisse à la lecture de cet article.

Ce qu’il faut savoir sur ces serpents, d’après le Muséum de Nantes:

« En France, les morsures de serpent sont rares et ne donnent qu’exceptionnellement lieu à une envenimation grave. En comparaison, les piqûres de guêpes ou de frelons sont plus à craindre : elles conduisent à cinquante décès en moyenne par an contre un décès consécutif aux morsures de vipères…… »

Un article du CNRS de BERTHIER J. C. ; PALAZZOLO P. ; TREMISI P. ; RIGAL D. ; HARTEMANN E. ; indique que:

« Les morsures de vipères (MV) sont fréquentes en France, plus de mille cas par an, mais les formes mettant en jeu le pronostic vital, sont rares (0 à 3 décès par an)… »

Il faut savoir aussi que beaucoup de ces morsures pour ne pas dire plus de la moitié d’après les chercheurs, le sont sans injection de venin. Le reptile mordant pour se défendre et non pour tuer afin de manger.

Il n’en resta pas moins que le bon sens est de mise.

Suite à une morsure de serpent: PAS DE GARROT, j’espère que tout le monde à bien lu, un lien veineux large sur le membre mordu, entre la plaie et le cœur oui, mais pas de garrot, vous ne ferez qu’aggraver les choses par accumulation des toxines et nécrose des tissus. En plus simple on peut ralentir la circulation sanguine mais  surtout ne pas l’arrêter.

Si le tél passe, appelez les secours sinon rejoignez tranquillement, en faisant de fréquentes poses un endroit plus favorable pour passer votre coup de fil. Qui dit morsure dit œdème ou gonflement, retirez selon l’endroit bague, montre, bracelet, desserrez la chaussure. Nettoyez la plaie à l’eau clair .Pas de panique, vous ne devriez pas mourir dans d’affreuses souffrances. L’aspi-venin est une bonne chose mais il n’a pas réellement fait ses preuves.

Dans tous les cas une visite chez le docteur est obligatoire.

Les piqûres abeilles, guêpes, frelons, taons, scorpions.

A moins d’y être allergique ces venins ne posent pas de problème particulier même si ils peuvent être très douloureux. A tous les Pierre Richard j’espère que les gens qui y sont sensibles se connaissent, se sont fait désensibilisés ou disposent sur eux d’un antihistaminique sous forme de spray, car chez eux la réaction peut être impressionnante.

Mais pour tous, l’avantage de ce venin c’est qui est thermolabile. C’est à dire qu’il ne supporte pas, une température supérieur à 58°. Après avoir identifié le fautif retirez le cas échéant le dard pour l’abeille, toujours avec un couteau parallèle à la peau, jamais avec une pince à épiler, vous risquez de vider la « poche » à venin ce qui n’est pas le but recherché ou localisez l’endroit piqué et approchez une source de chaleur. Briquet chauffé, allumette allumée puis éteinte … j’ai dit approchez pas cramer la zone piquée. Il existe un appareil qui fait très bien le job c’est le Mousti-click, mais attention les enfants m’aiment pas car il donne une sensation de piqûre, pour eux un sèche-cheveux peut faire le boulot mais c’est pô facile à transporter entre les boites d’hameçons.

Saignement hémorragique.

Un pansement CHUT fera l’affaire mais on parle bien ici d’une hémorragie pas d’une petite coupure.

Pour toutes les autres pathologies, je ne vous inviterai pas à jouer les Rambos et à vous recoudre au bord du ruisseau.

Cette année je pense faire l’acquisition d’une paille filtrante pour boire, c’est plus pratique que de transporter une bouteille et ça m’évitera de chopper la chiasse … je dis ça je dis rien.

Et j’emporterai une ou deux petites fioles de sérum physiologique.

Donc si on résume avant de partir:

Se renseigner sur la météo

Charger le téléphone

Prévenir où l’on va

Avertir si ça dure

 

A emporter:

Le couteau, le portable chargé, le briquet, les allumettes+grattoir, le sifflet, le pansement chut, le sérum phy et la paille. On pourrait rajouter une couverture de survie car franchement tout ce matériel ne prend pas beaucoup de place dans le gilet, surtout quand je vois tout le bordel que l’on transporte sans jamais le sortir. 😉

En rentrant je vous laisse lire CECI on est jamais trop prudent avec cette putain de maladie.

Le sujet est faste je vous l’accorde mais le but de l’article n’est QUE ….. de parer à l’imprévu bénin. Pour le reste au fond qu’une gorge il ne vous reste que 127 heures pour y réfléchir.

D’ailleurs vous en êtes où de votre dernier rappel du vaccin anti-tétanique …. On en parle ou pas.

Halieutiquement

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.