La pêche de la truite en ruisseau

Marius Béguin.

Décembre 1948.

Dans ces quelques pages, je n’ai pas la prétention de donner des conseils aux grands spécialistes de la pêche à la truite, à ces champions du lancer léger ou de la mouche artificielle que l’on rencontre au bord de nos rivières, armés de pied en cap, et dont quelques-uns font penser à Tartarin partant chasser le lion.

Lire la suite

Publicités

La pêche au macaroni

R. Portier

Décembre 1947

Dans nos contrées, à partir de la mi-novembre, nous ne pouvons plus guère compter sur la capture des gros cyprins, barbeaux, brèmes, carpes ou tanches ; celle même de la « blanchaille » devient à peu près nulle. Il est, cependant, quelques autres poissons que les basses températures laissent à peu près indifférents et qui continuent à mordre plus ou moins bien à la ligne. De ce nombre est le chevenne de bonne taille, dont la chair blanche et grasse, malgré ses arêtes, n’est point du tout à dédaigner.

selection_019

Lire la suite

L’éclosion

P.Carrère

Décembre 1948.

L’« éclosion » est un phénomène mystérieux pour la majorité des pêcheurs. On constate une éclosion, on ne la voit pas se produire. Si nous apercevons un éphémère sur l’eau sans mouvement ou secouant péniblement ses ailes, nous ne pensons pas qu’il vient de se métamorphoser. S’il s’envole, nous pensons plutôt à un regain d’énergie qu’à un premier vol. Il faut, si l’on n’est pas entomologiste, un esprit naturellement très observateur pour remarquer la nymphe quitter le sable ou le gravier, s’élever lentement dans l’eau, animée seulement de quelques petits mouvements, pour venir en surface ou sur quelque pierre émergente ouvrir sa dernière parure de larve et sortir enfin insecte parfait, mais non encore revêtu de ses attraits nuptiaux. Bien peu de pêcheurs ont vu cela, et pourtant combien de fois ce phénomène se produit-il quand il y a éclosion !

Sélection_005

Et d’abord, quand y a-t-il éclosion ?

Lire la suite

La vie du blog … bilan annuel

En 2015, 5010 visiteurs ont effectué 8171 visites sur le blog et ont lu 134 articles.

Vous venez principalement de France, des Etats-Unis, du Canada, de Suisse ou de Belgique…

Vous avez découvert ma frayère en arrivant majoritairement de Facebook, d’une recherche google, de Tenkara Normandie –Le site de Christophe– ou de Google+

Lire la suite

Le pou du poisson

Delaprade,

Décembre 1952.

pou du poisson

C’est un parasite externe des poissons assez fréquent et que tout pêcheur est susceptible de rencontrer. C’est ainsi que, l’an dernier, j’ai péché au lac de Biscarosse un beau panier de perches allant de une demi-livre à une livre et demie, dont plus de la moitié portaient quelques-uns de ces parasites collés sur leurs écailles et leur rostre enfoncé dans la chair des poissons.

L’argule n’est pas un insecte, comme sa forme pourrait le faire croire, mais bien un petit crustacé, très déformé par sa vie parasitaire. Il a la forme d’un disque assez plat prolongé par deux nageoires de petite taille et portant, sur les côtés cinq paires de pattes, dont quatre aux extrémités plumeuses. Ce disque a un diamètre qui va de 2 à 8 millimètres ; il est donc parfaitement visible à l’œil nu, bien que de teinte générale translucide. On trouve à l’avant deux yeux noirs en forme de petites taches rondes. Si on le retourne, on aperçoit deux forts crochets qui lui servent à se fixer sur le corps du poisson. En dessous des yeux et un peu plus bas que les deux crochets, sont placées deux ventouses circulaires extrêmement puissantes. Ainsi, l’argule se colle à sa victime à la fois par ses crochets et par ses ventouses ; il est d’ailleurs assez difficile de le décoller. Près de la bouche en forme de trompe se trouve un rostre très puissant et pointu qui lui sert à percer sa victime jusqu’au sang. Dans le trou fait par le rostre, l’argule peut ainsi se nourrir par succion en introduisant sa trompe. À part la première paire de pattes dont l’extrémité est munie de crochets, les quatre autres paires sont pourvues de palmes qui lui servent à nager ; l’argule peut ainsi, lorsqu’un poisson passe à sa portée et reste tant soit peu immobile, nager vers lui et se cramponner. Il y a lieu de remarquer que le rostre qui lui sert à piquer son hôte communique avec une glande à venin qui intoxique plus ou moins le malheureux poisson. Le poisson, d’ailleurs, semble ressentir vigoureusement les piqûres de son parasite ; dans les aquariums, où il est très fréquent, on voit le poisson chercher à se débarrasser de lui en se frottant entre les cailloux du fond ou les solides immergés ; il est d’ailleurs bien rare qu’il parvienne à s’en débarrasser, il ne fait, le plus souvent, qu’aggraver les blessures qui lui sont faites. L’argule, d’ailleurs, n’est pas un parasite permanent : dès qu’il est gavé, il abandonne son hôte et va se reposer sur des végétaux aquatiques.

L’argule est surtout fréquent dans les eaux dormantes. On peut aussi le rencontrer dans des eaux assez courantes et même dans les rivières à truites à cours point trop rapide.

L’espèce de loin la plus répandue est l’argule foliacé, qui est surtout fréquent dans les eaux de deuxième catégorie. On l’a trouvé sur le gardon, la carpe, la tanche, le brochet et la perche. Certains auteurs prétendent qu’il a une préférence pour les poissons à l’allure lente, tels que les carpes et les tanches. Personnellement, je l’ai surtout observé sur les perches. On trouve aussi l’Argulus coregoni, dont le diamètre arrive au double de l’autre argule, et qui attaque les salmonidés, truites, corégones et ombres.

L’argule, lorsqu’il est isolé, nage de façon saccadée ; grâce à la position de ses quatre paires de pattes lui servant de nageoires, il se déplace aussi bien horizontalement que verticalement.

Il est très fécond et se reproduit surtout pendant la belle saison. Il pond sur les végétaux aquatiques et les pierres quelques centaines d’œufs qui éclosent au bout de trente jours. Les jeunes argules peuvent se reproduire deux mois après l’éclosion. Comme chaque femelle peut pondre plusieurs fois par an, on conçoit que, dans une pièce d’eau, sa pullulation à la fin de l’été puisse être prodigieuse.

Ses inconvénients sur le poisson sont graves. Les alevins succombent rapidement, tant par amaigrissement et perte de substances que par l’action physiologique défavorable du venin et des maladies secondaires qui se greffent sur les plaies et plus spécialement la mousse. Sur les poissons de forte taille, son action est peut être moins nocive, mais, dans un étang, le poisson couvert d’argules est toujours déprécié.

Il est peu de remèdes pour le combattre dans la nature. Dans les pièces d’eau libre, on conseille bien de mettre des fagots contre lesquels le poisson pourra se frotter pour s’en débarrasser : le remède ne vaut guère mieux que les grattoirs autrefois distribués aux galeux dans les hôpitaux militaires. Dans les étangs que l’on peut vider pour la pêche, on peut soigner les poissons atteints avant de les mettre en vente en les immergeant dans des bacs contenant une solution de lysol au 5/1.000, soit 2 centimètres cubes par litre. Il ne faudra surtout pas dépasser cette dose, au delà de laquelle le poisson serait tué. Les sujets argulés seront mis dans une épuisette à grandes mailles et plongés au plus cinq secondes dans le bain indiqué. Immédiatement après, les poissons seront mis dans un bassin d’eau pure et si possible courante. Les argules, très fortement attaqués par le lysol, tombent dans l’eau courante et périssent au fond. S’il s’agit de reproducteurs que l’on tient spécialement à garder, on peut soit les épouiller un à un, soit, de préférence, pour éviter les plaies formées par l’expulsion de force des parasites, toucher chaque argule avec la solution indiquée de lysol ; mais, je le répète, on n’oubliera pas que le lysol est un redoutable toxique du système nerveux.

Dans les étangs de pisciculture, il faudra mettre soigneusement le fond en assec pendant tout l’hiver. S’il s’agit de bassins à truites ou de viviers, l’assèchement devra durer au moins un mois pour interrompre le cycle des parasites.

Enfin, à l’empoissonnement des étangs, on évitera soigneusement de mettre des poissons argulosés.

Dans les eaux libres, à part les fagots-grattoirs dont j’ai parlé plus haut, le seul remède consistera à introduire des vairons qui, paraît-il, mangent les argules ; il est de fait qu’il n’a jamais été trouvé de vairons portant d’argules.

Nous sommes donc assez désarmés pour lutter en eau libre contre ce parasite.