Tutorial … la nymphe à bille

Comme toujours, je n’ai rien inventé. A vous de perfectionner et/ou de décliner ce montage comme bon vous semble.

Mettre l’hameçon et sa bille à l’étau.

Faire 4 ou 5 tours de fil de plomb.

P1030717

Lire la suite

Publicités

Un peu de vocabulaire …

Je n’ai rien inventé, mais il est toujours bon d’avoir un petit rappel:

vocacourdo

Source : endroit où naît un cours d’eau.

Rigole : peut désigner un filet d’eau s’écoulant en surface ou un sillon où s’écoulent les eaux de ruissellement. Peut aussi désigner un cours d’eau artificiel plus ou moins important destiné à alimenter un canal.

Canal: cours d’eau creusé par les hommes.

Ru, ruisselet : tout petit ruisseau, de faible largeur (inférieure à un mètre), souvent au démarrage d’un écoulement.

Ruisseau : petit cours d’eau , ni très large ni très long, alimenté par des sources naturelles d’eau, souvent affluent d’un étang, d’un lac ou d’une rivière. C’est la taille plus que le débit qui fait la différence entre un ruisseau et une rivière.

Torrent : cours d’eau au débit rapide  et irrégulier, situé sur une pente plus ou moins prononcée, sur des terrains accidentés ou en montagne. Lors d’orages ou de pluies violentes , les torrents peuvent connaître des crues très brutales (rapides dans le temps) et très importantes (en volume). Principalement, on applique ce terme aux cours d’eau de montagne, au lit rocheux et encaissé, et ayant un débit rapide et pérenne. Dans les Pyrénées, ces cours d’eau portent le nom de gaves (Gave de Pau). Dans les Alpes, le mot « nant » est parfois utilisé (Nant-Noir, Bon-Nant).

Rivière : en hydrologie, ce terme désigne un cours d’eau moyennement important, à l’écoulement continu ou intermittent, suivant un tracé défini et se jetant dans un autre cours d’eau, un lac, une dépression ou un marais. En géographie physique, ce terme désigne un cours d’eau faiblement ou moyennement important, recevant de l’eau d’autres cours d’eau tributaires (les affluents), et se jetant dans un cours d’eau de plus grande importance.

Fleuve : cours d’eau important, long et au débit élevé, comptant de nombreux affluents et se jetant dans la mer.

Lac : étendue d’eau douce dans les terres, généralement plus grand et profond qu’un étang.

Étang : étendue d’eau salée (ou saumâtre) ou douce qui est généralement le résultat d’aménagements humains.

Grau : passage par lequel l’étang communique avec la mer.

Embouchure : l’endroit où le fleuve se jette dans la mer.

Estuaire : large embouchure.

Delta : embouchure à bras multiples.

Affluent : la rivière qui se jette dans un cours d’eau est son affluent (ex: la Saône est un affluent du Rhône).

Confluent : l’endroit où un affluent se jette dans l’autre cours d’eau (Lyon est au confluent du Rhône et de la Saône).

Aval : entre nous et l’embouchure sur un cours d’eau.
Amont : entre nous et la source d’un cours d’eau.
Rive droite : le côté d’un cours d’eau qui est à notre droite quand on regarde vers l’embouchure ou vers l’ aval.
Rive gauche : le côté d’un cours d’eau qui est à notre gauche quand on regarde vers l’embouchure ou vers l’aval.

Perte : cours d’eau de surface disparaissant dans un réseau souterrain.

Résurgence : cours d’eau émergeant de l’intérieur du sol vers la surface et devenant visible.

Il est donc commun d’admettre que:

La source alimente le ru, le ru le ruisseau, le ruisseau la rivière, la rivière le fleuve et le fleuve la mer au niveau de l’embouchure.

Au même titre que la rigole peut alimenter un canal. Le canal pouvant être navigable, la rigole ne l’étant jamais.

Et depuis Newton l’eau s’écoule de l’amont vers l’aval donc de la montagne vers la vallée.