La légende …

du port de Marseille.

Je me demande si cette année c’est pô l’année des records de casse sur gros ou pseudo gros poissons. En lisant les réseaux sociaux ou les forums, c’est ahurissant.

Lire la suite

Publicités

Pêches de printemps

R.Portier

Mars 1949

Bien qu’une partie notable de mars appartienne théoriquement à l’hiver, ce mois marque souvent une assez profonde différence avec février. La nature, jusqu’ici en léthargie, semble enfin se réveiller de son long sommeil et des prodromes de vie se montrent un peu partout. Les eaux ne sont pas les dernières à participer à ce renouveau. Beaucoup de nos poissons, qu’on n’apercevait plus depuis novembre, font leur réapparition et se montrent à nos yeux pleins de vigueur, tout prêts à mordre à nos appâts.

Lire la suite

La pêche au ver de terre (2)

La partie 1

Marcel Lapourré

Avril 1949

S’il est intéressant de connaître les diverses montures décrites le mois dernier, c’est afin de pouvoir les utiliser pratiquement et à bon escient.

peche-truite-toc-02-850x637

Généralement les pêcheurs au ver s’intéressant surtout à la truite, nous commencerons par essayer de prendre ce beau poisson.

Lire la suite

L'omble chevalier

R.Portier

Août 1946

Ce n’est pas une seule, mais bien au moins une douzaine de fois que j’ai rencontré, sur les bords de certaines rivières de la Haute-Loire ou du Cantal, des confrères qui se vantaient d’avoir capturé des « ombles chevaliers ».

ombre

Devant le doute que j’émettais de voir prendre à la mouche artificielle des poissons dont je n’avais jamais constaté la présence dans nos cours d’eau, quelques-uns de ces pêcheurs ont bien voulu me montrer le contenu de leur panier, et j’y ai aperçu ce que je m’attendais à y voir, c’est-à-dire des « ombres communs », salmonidés assez répandus dans les parties hautes de la Loire, de l’Allier et de quelques-uns de leurs affluents.

Lire la suite

Une truitelle … mais qu’est-ce donc ???

Rien en fait …

Car la truitelle n’existe pas. C’est un abus de langage du pêcheur pour désigner une truite de petite taille et comme tout abus il y a des dérives, l’abus en lui-même en étant une.

C’est bon vous suivez ?

Les différents états de croissance des salmonidés sont:

L’œuf

img-oeuf_09

L’embryon (œuf + laitance)

Lire la suite

La vie du saumon … partie 2

Delaprade.

Septembre 1949.

L’alevin de saumon, dès que sa vésicule est résorbée (1), commence à chercher sa nourriture parmi les pontes et larves d’insectes qui pullulent dans les graviers. Sa croissance, en rivière, est celle de la truite. L’été, il mesure déjà 4 à 5 centimètres.

Au printemps de l’année suivante, certains tacons (ou tocans dans le Gave d’Oloron) mesurent déjà 12 à 15 centimètres. Ils se distinguent nettement de la truitelle par les caractères ci-dessous :

tacontruitelle

Lire la suite

Truite de mer et truite saumonée

Lartigue

Avril 1952

La truite commune (Salmo Fario) présente de nombreuses variations de robe selon son habitat et comprend plusieurs races différentes, tout comme dans l’espèce « vache » ou dans l’espèce « chien » il existe de nombreuses races locales.

truite de mer

Dans les ruisseaux, et surtout dans les ruisseaux granitiques de montagne, la truite est de petite taille, jaunâtre, avec des points noirs et de nombreux points rouges.

Lire la suite

L'épicéa contre la truite.

A. Soulillou.

Novembre 1952.

Il  existe en France, au château de Bois-Corbon, près de Saint-Leu-la-Forêt, dans la forêt de Montmorency, une école de gardes-pêche.

fôret de montmorency CC Pierre Metivier

Le garde-pêche a pour mission de défendre le vivier national que constituent rivières et fleuves, lacs et étangs. Il le défend contre les braconniers. Il doit veiller aussi au maintien et au développement du cheptel ichtyologique. Il devient alors conseil en pisciculture. Les temps modernes, avec leurs industries chimiques, ont accru considérablement les ennemis du poisson que sont les éléments de pollution des eaux.

Lire la suite

La Truite albinos …

… et les lois de hérédité.

Delaprade,

Juillet 1952.

Les individus albinos existent dans bien des espèces animales. L’albinisme, on le sait, consiste en l’absence de couleur, notamment dans la peau, les cheveux et les poils, caractère souvent accompagné d’absence de couleur foncée dans les yeux, qui prennent une teinte rougeâtre.

albinos

Dans l’espèce humaine, l’enfant, l’adolescent albinos a un teint pâle et blafard, les cheveux et les sourcils d’un blond incolore, les yeux légèrement striés de rouge. On connaît des variétés albinos fixées chez le lapin, la souris, le cobaye ; le merle blanc lui-même, malgré sa rareté, est un cas d’albinisme particulièrement net. Mais ce que peu de pêcheurs savent, c’est qu’il existe en France une variété albinos de truites arc-en-ciel : leurs reproducteurs se trouvent en captivité à la pisciculture domaniale de Thonon sur les bords du lac Léman. Dans les bassins cimentés de cette pisciculture, on peut admirer l’évolution de poissons incolores avec des yeux rouges, assez semblables, à première vue et dans l’eau, soit à de gros poissons, non point rouges, mais décolorés, soit, plutôt, à des ides mélanotes ou orfes. Mais il s’agit bien de truites dont la race albinos a été créée, isolée et maintenue pure depuis 1925 par Kreitman.

Lire la suite