Les échelles à poissons … suite

Delaprade.

Février 1949

La loi du 31 mai 1865 ayant prescrit la construction d’échelles à poisson (1), il a fallu rechercher le système technique le plus favorable pour le franchissement des barrages. La question a été étudiée dans de nombreux pays. Aux États-Unis, évidemment, ce sont des constructions grandioses qui ont prévalu. Il est vrai qu’il s’agissait de barrages hauts de plusieurs dizaines de mètres et de rivières ayant de très importantes populations de migrateurs : aloses et surtout saumons, ces derniers alimentant des industries de pêcheries et de conserves « valant » des centaines de mille et des millions de dollars.

saumons

Le principe général d’une échelle est celui d’un couloir en maçonnerie, à faible pente, donc de grande longueur, où le courant d’eau est brisé par des amortisseurs.

Une seule exception à la règle : c’est l’ascenseur à poisson construit par la France au barrage de Kembs sur le Rhin, vers 1930. La Suisse avait fortement protesté contre le projet de barrage, qui la priverait de la montée des saumons et des anguilles. Le barrage ayant 10 mètres de haut et la technique des échelles à poisson n’étant pas encore très sûre, il fut construit un ascenseur se déclenchant automatiquement au bout de quelques minutes et soulevant les poissons attirés dans un coin du barrage, sur la rive gauche, et les déversant dans le bief supérieur. On peut, au passage, contrôler les espèces ainsi transportées.

Le premier type d’échelle consiste en une simple échancrure de 1 mètre, à 1m,50 de large, profonde de 0m,30 environ, pratiquée sur la crête du barrage, et qui est efficace pour les saumons et les truites, si la hauteur du barrage ne dépasse pas 2 mètres.

Le saumon et la truite, en effet, sautent facilement — à la moindre crue — les barrages de moins de lm,50 à 2 mètres.

Pour les barrages plus hauts, allant jusqu’à 4 et 5 mètres, on a ensuite, au début de ce siècle, construit des échelles à chicanes dans un large couloir en maçonnerie construit sur la pente du barrage. On élevait des cloisons horizontales avec, à l’une de leurs extrémités et en chicane, une échancrure pour l’eau (fig. 1). Ainsi l’eau parcourait un chemin beaucoup plus long, et donc à une vitesse plus faible, accessible au poisson.

On peut voir de telles échelles, notamment, au barrage de Mauzac sur la Dordogne. Ces échelles conviennent au passage du poisson blanc, mais sont en général peu efficaces.

À la même époque, on a également construit des échelles à bassins successifs, scindant par exemple une chute de 4 mètres en quatre chutes de 1 mètre. Exemple : l’échelle de Tuilière sur la Dordogne. Elles sont, en général, plus efficaces que les échelles précédentes.

On en est enfin arrivé aux échelles de type moderne qui sont, en somme, de fausses rivières en maçonnerie, à pente de 10 p. 100 environ, de faible largeur (1m,50 à 3 mètres), de fort débit, et où le courant est freiné par des amortisseurs.

La première de ces échelles est celle de Caméré (fig. 2), construite en Belgique en plusieurs exemplaires. C’est en 1939 que les Eaux et Forêts ont mis en application, dans le bassin de l’Adour, des échelles à saumon du type de Lachadenède qui donne satisfaction pour les barrages inférieurs à 10 mètres de hauteur. Les amortisseurs de cette échelle permettent d’y réduire la vitesse du courant à 2m,50 par seconde, alors que le saumon et la truite, en vitesse de pointe, atteignent 6 à 8 mètres par seconde. Ils la remontent donc facilement.

De 1937 à 1939, sept de ces échelles ont été construites sur le gave d’Oloron.

Sur le gave de Pau a été construite, en 1943-1944, la plus grande échelle à poisson de France, celle du barrage de Baigts, haut de 10 mètres, toujours sur le type de Lachadenède, et qui a permis de constater des remontées de saumon dans le gave de Pau, déserté depuis trente ans. Cette échelle a plus de 80 mètres de longueur.

Je dirai simplement de ces échelles :

1° Qu’elles sont coûteuses : pour un barrage de 3 mètres de haut, une échelle coûte actuellement entre 1 et 2 millions.

2° Qu’elles exigent un fort débit, de 500 litres à 1 mètre cube par seconde, mais qu’un système de clapet automatique permet de ne les faire fonctionner qu’au moment des crues.

3° Que leur emplacement et leur construction doivent être étudiés par des spécialistes. En particulier, le pied de l’échelle doit être placé dans l’angle le plus en amont du barrage, et à la base du barrage lui-même. En aucun cas, le pied de l’échelle ne doit être plus en aval que le pied du barrage lui-même, afin que le poisson en trouve facilement l’entrée.

Les résultats de la construction de ces échelles sur gaves pyrénéens ont été remarquables.

Le tonnage des captures da saumon, tant par les inscrits maritimes que par les pêcheurs amateurs, est passé de 25 tonnes en 1938-1939 à 80 tonnes en 1948, sur le seul gave d’Oloron, grâce tant aux échelles qu’à la reproduction artificielle et à la surveillance intensive de la fraye.

Il y a là un très beau résultat qui permet d’espérer la construction à bref délai des échelles nécessaires pour rétablir une forte population de saumon dans nombre de nos rivières françaises, notamment l’Allier, la Gartempe, la Dordogne, la Garonne, et nos fleuves normands et bretons.

N’oublions pas qu’avant 1939 la France importait pour un milliard par an (valeur 1948) de saumons et salmonidés divers.

Une politique de construction d’échelles à poisson doit être à la fois une bonne affaire pour l’économie du pays, sa balance commerciale et ses pêcheurs.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.